ACCUEIL PRÉSENTATION EXPOSITIONS OÙ, QUAND, COMMENT? CONTACTS

Le Hang-Art
Le Hang Art
Le Hang-Art,avec une création textile de Violaine Dejoie Robin pendant l'expo 14

  

Constituer une collection fait aussi partie du travail de création de François Chauvet depuis 2007.


« Amener l’art en milieu rural en créant un espace de partage autour de l’art, pas un lieu de consommation, d’où l’importance de l’accueil, de l’information, de la formation du public. Des visites accompagnées seront organisées, des rencontres avec les artistes, des ateliers autour des expositions seront proposés, des revues et des livres seront à la disposition des visiteurs. À notre connaissance, c’est le premier lieu du Pays de Châteaubriant consacré exclusivement aux expositions d’Art.

En étant exigeant dans la programmation, nous aimerions que ce lieu devienne une référence dans le domaine et que les habitants des villes viennent à la campagne pour découvrir des œuvres, rencontrer des artistes. »

Voilà ce que nous écrivions avant l’ouverture du Hang-Art, début 2007.


Sept années plus tard, en 15 expositions, nous avons accueilli + de 110 artistes et + de

35 000 visiteurs dont 70% n’iraient pas voir une expo ailleurs. Nous pensons avoir réalisé nos objectifs et prouvé que notre projet n’était pas une utopie.


Sur chacune de ces expositions, en fonction de nos moyens, nous essayons d’acheter à chaque artiste au moins une œuvre que nous installons habituellement dans la Traçothèque : mémoire du lieu.

La collection du hang-art compte actuellement plus de 250 pièces, elle est constituée des achats de l’association Abbac (80%) et des achats personnels de François Chauvet qu’il met à disposition de l’association. Cette collection peut être louée, en totalité ou en partie.


Nous ne sommes pas des collectionneurs de possession mais des collectionneurs de partage. Nous essayons de constituer un véritable patrimoine vivant au service de la population.

Le Hang-Art

La porte bleue ouvre sur un sanctuaire blond et blanc, aux murs badigeonnés, dédié à l’ART. Il sent le feu de bois.

Cet espace noir, situé dans un hameau, en pleine campagne, ressemble à une grotte trouée de lumières.

Il intrigue, met en appétit et réveille la gourmandise, celle des couleurs et des formes, celle des découvertes.

Près du poêle, le génie du lieu nous accueille et nous invite à un baptême de l’Art. Il pétille avec les bûches, heureux de partager ses découvertes.

Douce chaleur, calme, on peut se poser, faire provision d’art et repartir plus riche.

Thérèse André Abdelaziz, 2007



Le Hang-Art

Quand je pense au Hang-art, toujours la chanson de Maxime Le Forestier s'invite dans ma tête. Même si le Hang-art n'est pas bleu. La maison d'en face , le lieu de vie , de travail , de réflexion de François Chauvet est une maison bleue et participe à l' atmosphère particulière et si sereine du lieu...Parce qu'après avoir traversé la campagne verte et jaune et dorée , ses champs bordés de grands arbres, s'être repéré grâce à ces drôles d'hélices qui tournent fièrement grâce à Éole, après avoir atteint le village du Moulin Roty et avoir emprunté sur la gauche le chemin au bout duquel le Hang-art nous attend, on est de suite transporté dans un autre monde. Un monde de douceur, d'accueil, de partage où l'art ne peut que se sentir bien et chez lui. Comme nous. Nous plongeons, sans même nous en rendre compte tant cela est naturel, dans un cocon douillet où la beauté, sous des formes singulières et prenantes (surprenantes?), nous happe de sa force en toute douceur...

Ah non ! Le Hang-art n'est pas une galerie de peinture ! Il est tellement plus. Il est un lieu. LE LIEU. Pour tous ceux et celles qui aiment sans «chichis» découvrir des œuvres d'un art dit singulier et pourtant si vrai, si humain, et donc, si beau.

Des peintures, des sculptures, du carton découpé comme de la dentelle, des scènes minutieuses réalisées en chewing-gum, des objets , bonshommes, animaux, fabriqués à partir de résidus hétéroclites, des huiles, des gouaches, des pastels, délirants, déchirants, multicolores ou sombres comme le plus vilain jour d'un hiver noir...Les petits points aborigènes, les fusains, le métal, la photographie, la terre, les ombres et la lumière ,les couleurs de l'arc-en-ciel nous ont tout au long des rendez-vous que nous fixe le Hang-art deux fois par an, émerveillés, interrogés, ulcérés, enchantés, dérangés, interpellés, emportés, imprimés, réveillés, époustouflés... Mais jamais , oh non, jamais, laissés indifférents et surtout pas déçus ni désabusés.

Le Hang-art c'est le «bébé» de François Chauvet. Une sacrée réussite pour cet artiste dans l'âme, si humain et si attachant. Un sacré bel enfant que ce lieu où l'on aime tant retrouver la chaleur des artistes, des gens venus là – jamais par hasard- et de son directeur qui à chaque expo nous emmène, juché sur son petit billot de bois, au cœur même des œuvres qu'il accueille, et sait si bien ouvrir les portes de notre cerveau et de notre cœur pour nous emplir des beautés accrochées aux murs blancs du Lieu.

Ce sont depuis 2007 plus de 110 artistes que quelques 35 000 visiteurs ont pu découvrir. Et pour notre plus grand plaisir l'Abbac a acquis des œuvres au fil des expos et ainsi une salle du Hang-art, que François Chauvet a baptisé la Traçothèque, garde précieusement cette belle collection témoin de chacune des 15 expos nous permettant ainsi de revoir avec bonheur toute la palette des créations passées ici.

Des heures, des pages, des cartouches d'encre ne suffiraient sans doute pas à exprimer tout le bonheur qui s'est installé et se répand là-bas... Le hang-art en pleine campagne a généralement pour vocation de stocker et abriter la nourriture des animaux...Ici c'est la nourriture intellectuelle des êtres que l'on offre sans compter au visiteur mais aussi et surtout celle du cœur.. Un bonheur vrai, humain, sans faux-semblant qui nous embrasse au bout de ce petit chemin où François Chauvet a décidé un beau jour de se poser afin que nous aussi nous puissions nous y arrêter et déguster la beauté dans toute son essence.

Ce texte a été écrit en 2014 par Annick Rouet qui fut correspondante à l’Éclaireur et qui a suivi les 15 premières expositions du hang-art.

Les années 2010
Retour expo en cours